Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Accueil du site > L’ association > Infos locales > Une conférence d’Autisme Auvergne le 6 mars
Une conférence d’Autisme Auvergne le 6 mars


CONFERENCE

Autisme : où sont les avancées scientifiques ?
Par

Patrick Chambres, Professeur de psychologie
Laboratoire LAPSCO UMR-CNRS 6024
Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2

Le 6 mars 2009 à 20 h 15
Au Centre Diocésain de Pastorale
133, avenue de la République – Clermont-Fd


Quand on parle aujourd’hui d’autisme, mais surtout de l’aide que l’on peut apporter aux personnes qui en sont atteintes, l’idée que l’on sait peu de chose à propos de ce trouble très handicapant est (trop) souvent mise en avant. Cette idée reçue, non conforme à la réalité, est malheureusement de nature à accentuer le handicap attaché à l’autisme, notamment dans le cadre de la participation sociale que chacun souhaite optimale.

Pourtant, la connaissance scientifique a considérablement progressé :
• sur les fondements de ce handicap
• sur la manière d’en faire le dépistage et le diagnostic sachant que cette phase doit être conduite avec la plus grande précocité possible
• sur la manière d’en spécifier les particularités et donc sur la manière de mettre en œuvre une prise en charge efficace.


Autisme Auvergne 17 rue de Riom Crouzol 63530 VOLVIC – Tél : 04 73 71 45 90
Association loi 1901 – N° 3661 – SIREN 428 710 099
Fondements : La responsabilité neuro-biologique de l’autisme est désormais reconnue. Les techniques modernes d’imagerie cérébrale fonctionnelle conduisent à mieux identifier les anomalies dans le développement du système nerveux central. Elles aident aussi à mieux comprendre les spécificités comportementales des personnes atteintes d’autisme. Au niveau pariétal, par exemple, le traitement des sons sociaux (voix humaine) et des sons non-sociaux (voiture) est indifférencié chez les personnes autistes, alors que ces traitements sont significativement dissociés chez les personnes « ordinaires ». Les recherches génétiques ont aussi révélé l’absence « du gêne de l’autisme » mais plutôt une configuration de gênes impliqués dans ce handicap.

Outils : des outils dont la fiabilité scientifique a largement été démontrée, garantissent désormais le dépistage et le diagnostic. C’est une chance, puisque le repérage précoce des troubles autistiques est actuellement ce qui offre l’avenir le plus positif pour les jeunes autistes, à condition qu’ils bénéficient d’une prise en charge pertinente. Par ailleurs, l’usage international de ces outils permet un travail de recherche dans le cadre de réseaux, ce qui accroît l’efficacité des organismes de recherche engagés dans cette voie.

Prise en charge : Dans l’état actuel du savoir scientifique, le meilleur espoir des personnes autistes c’est de pouvoir bénéficier d’une prise en charge éducative. Mais cette éducation doit être « structurée » (le temps, l’espace) ; elle doit aussi placer en son centre la communication (adaptative et augmentative). C’est là le moyen fondamental pour faire reculer ce qui persiste dans la représentation de l’autisme : le mutisme et l’auto-mutilation. Les autistes ne refusent pas la communication, bien au contraire. Mais une communication conventionnelle ne leur est pas naturellement accessible comme pour tout autre enfant. Il faut donc souvent construire une communication spéciale, à leur portée. On sait le faire depuis des années, mais on l’utilise encore trop rarement, surtout en France.
Entrée gratuite

 
    Association partenaire d'Autisme France