Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Accueil du site > Articles > Quoi de neuf dans la presse anglo-saxonne sur l’autisme ? > Que peuvent nous apprendre de l’autisme les personnes avec autisme (...)
Que peuvent nous apprendre de l’autisme les personnes avec autisme ?

http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/21/42/53/PDF/autisme_Chamak.pdf

Chamak B. 2005 Les récits de personnes autistes : une analyse socio-anthropologique, Handicap -
revue de sciences humaines et sociales, 105-106, 33-50.

 

Revue Psychotherapy and Psychosomatics 2008 77 p.271-279

Cet article fait par des Français, Brigitte Chamak, Béatrice Bonniau, Emmanuel Jaunay, David Cohen, est en anglais ! Voilà qui en dit long sur la recherche française.

Il est fort intéressant ; il part d’un corpus de textes écrits par des personnes avec autisme de haut niveau et s’attache à définir ce qu’elles disent de l’autisme et qui n’est pas forcément ce que disent les textes. Dans ce corpus, Temple Grandin, Donna Williams, Stéphanie Bonnot-Briey, Michelle Dawson, Emmanuel Dubrulle, Georges Huard, etc..

Les auteurs partent de la triade autistique en mettant d’emblée l’accent sur les modifications entraînées par le fait que maintenant on diagnostique des personnes avec autisme sans déficience intellectuelle ; certaines de celles-ci s’expriment sur leur handicap avec la force que peut donner un témoignage et bien sûr la faiblesse de ce qui peut avoir un caractère subjectif ; c’est bien pour cette raison que la CIM10 et le DSM IV s’en tiennent à la triade autistique, qui repose sur des données observables.

L’étude s’est donc intéressée à ce que la science explore trop peu : la sensorialité des personnes avec autisme, et leur gestion des émotions, mais aussi leurs difficultés sociales. Tous soulignent leurs difficultés à comprendre les codes sociaux, à généraliser, à repérer et traduire ou réguler des émotions, leur hypo ou hyper-sensorialité, le dysfonctionnement de l’intégration sensorielle, des synesthésies, une vision distordue du temps, une tendance à privilégier le détail sans pouvoir globaliser, la faiblesse de théorie de l’esprit. Or la capacité à interpréter les états mentaux dépend de la vue, l’ouïe, du toucher.

Les auteurs espèrent que cette étude participera de la nécessité de reformuler les classifications et définitions de l’autisme.

Danièle Langloys

 
    Association partenaire d'Autisme France